Cercle du bois d'Almati

Congrès Académique de Pyr

Aller en bas

Congrès Académique de Pyr

Message  kiwalie le 3/2/2018, 12:59

Présentations par Tao Sian
Tao Sian
Kamia'ata Homins et homines. C'est avec un grand plaisir que j'ai accepté l'invitation de l'Empire à présider ce congrès de Kitinologie, au cours duquel nous aurons l’honneur d'entendre les rapports de chercheurs parmi les plus éminents en entomologie kitine.
Pour commencer nous entendrons Dixie Keale de la Fédération, c'est une spécialiste des kinchers qui les étudie maintenant depuis de longues années, en bravant tous les dangers de la Loria. Elle nous parlera des marquages aux phéromones qu'utilisent les kitins.

Tao Sian applaudit, bientôt imitée par les autres intervenants.

Dixie Keale se lève et salue chaleureusement l'assemblée.

Dixie Keale
Lordoy ad toll ! Je suis très heureuse d'être parmi vous.

Daeronn Cegrips
Précisez, ma chère Sian, qu'elle est la fille de ce vieil Ardan ! Lequel n'ose plus se présenter face à moi visiblement !

Dixie Keale tousse, une main sur la poitrine.

Dixie Keale
Ha, ha ! Kof, kof !
Ne craignez-vous pas plutôt qu'il revienne d’expédition avec des lucios d'une reine, tandis que vous fanfaronnez en public ?

Daeronn Cegrips
Oh oui ? Un lucio d’une reine en train de siroter avec lui dans le même tonneau de bière peut-être ? Encore faudrait-il qu’il revienne en un morceau ! Comment se porte-t-il d’ailleurs ?

Dixie Keale
Waah ! Moi-même je ne compte plus les fois où j’ai fini coupée en deux. Si vous vous inquiétez de perdre un bras, changez de métier mon vieux !

Daeronn Cegrips rit gentiment. Mona di Fareni fait une mine horrifiée.

Tao Sian
Vous m’inquiétez un peu Dixie-miko… Ne faites pas trop de zèle sur le terrain…

Dixie Keale
Je suis en pleine forme Ny-tala !

Dixie Keale sourit tout en contenant une quinte de toux.

Tao Sian
Bien… On ne présente plus Daeronn Cegrips, éminent savant naturaliste de l'Empire.
Il devrait nous expliquer la spécialisation des kitins, à partir du régime alimentaire de leurs larves…

Daeronn Cegrips
Et des œufs ma chère Sian ! Tout commence avec les œufs !

Daeronn Cegrips s’avance, plein d'entrain.

En effet ! J’ai découvert l’importance du placement géodésique des œufs sur les caractéristiques des larves à éclore ! Savez vous, par exemple, que…

Tao Sian l’interrompt en levant la main en signe d'apaisement.

Tao Sian
Daeronn-ito ! Attendez, kai bini ! Je suis encore en train de présenter les intervenants pour l'instant.

Daeronn Cegrips
Ah oui, bien sûr ! Excusez moi, présentez ma chère ! Pré-sen-tez !

Daeronn Cegrips retourne à sa place.

Tao Sian
Ari’kami, et je me réjouis des découvertes dont vous allez nous instruire.

Tao applaudit.

Depuis le Royaume, est venue la Duchesse Mona di Fareni, spécialiste des formes de vie intelligentes. Elle nous rapportera ses conclusions d'études sur la communication kitin.

Tao applaudit.

Mona di Fareni se lève, menton bien relevé.

Mona di Fareni
Merci beaucoup, c'est un honneur pour moi d'échanger avec vous. J’attends de ce congrès une saine émulation et espère que la confrontation de nos points de vue ne manquera pas d’ouvrir des perspectives.

Tao Sian
Ari’kami, et pour clore nos échanges je vous parlerai de la Sève qui coule en chaque créature, et d’une particularité commune que nous avons avec les kitins.

Intervention de Dixie Keale
Dixie Keale
J’observe les kinchers de la Loria depuis de nombreuses années et d’ailleurs certainement parmi l’auditoire se trouvent des homins qui sont déjà venus m’y trouver !

Pour rappel, le kincher est un chasseur-éclaireur très robuste, rapide et particulièrement dangereux.
En tant qu’éclaireurs ils s’attaquent à tout ce qu’ils croisent, le mastiquent, et régurgitent un suc qui sert de marquage pour les autres kitins. En fonction de ce balisage, ceux-ci se répartissent sur la zone pour en exploiter les ressources.

Ces marquages sont des concentrés de phéromones plutôt persistants, qu’il est possible de récolter et conserver une journée dans un flacon.
À partir de ces échantillons, j’ai développé une méthode pour produire des leurres qui ont pour effet d’attirer d’autres kinchers pour la chasse ou des kibans pour la récolte.

J’ai longtemps essayé d’isoler des signaux particuliers dans ces marquages, avant de déduire que ces saletés de kinchers ne décident rien à part attaquer, mastiquer et baver !
La composition d’un marquage est passive, seulement fonction de ce qu’ils viennent de mâchouiller. C’est certainement à partir des résidus qu’il contient que les autres kitins adoptent tel ou tel comportement.

Actuellement, je m’applique à altérer les marquages par l’adjonction de dilution à base d’huile et de sève, et j’observe l’effet produit sur l’occupation du terrain par les kitins.

Mona di Fareni
Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que ces marquages sont comme un cube d’ambre dans lequel viennent lire tous les autres kitins de la zone. Ils pourraient donc être pour nous un vecteur de contrôle, par empoisonnement, par exemple. Qu’en pensez-vous ?

Tao Sian
Oh ! Si j’ai bien compris, les autres kitins reconnaissent dans le marquage du kincher les éléments qu’il a ingéré. Mais serait-ce tout ? N’ajouterait-il pas le signal d’une sorte de « satisfaction » qu’il aurait eu à mâcher cet élément ?

Intervention de Daeronn Cegrips
Daeronn Cegrips
Ma dernière expédition dans la kitinière d’Almati m’avait permis de procéder à des mesures et observations dans la couveuse, plus exactement nommée « Chambre des œufs primaires ».

Cette salle est un remarquable ouvrage d’architecture où tout semble fait pour maintenir une atmosphère absolument stable. Pas le moindre courant d’air si bien que vous sentez même le léger sillage des turbulences provoquées par le ballet tranquille des kipees.

Cette stabilité a pour effet d’empiler l’air ambiant en strates, si bien qu’en se déplaçant selon les creux et bosses, on ressent nettement la variation du gradient thermique.

Les œufs sont disposés en paquets réguliers sur une ligne contre la paroi au fond de chacun des deux bassins qui composent la salle, et pratiquement tous au même niveau.

Et ces œufs de kitins, les avez-vous bien regardés ? Malheureusement rien à voir avec nos œufs de goaris dont on fait de succulentes omelettes ! De forme oblongue, aussi haut et large qu’un tryker, l’œuf de kitin est solidement tenu verticalement par son socle de racines. Inamovible donc.

Et c’est là chose étrange tout autant que singulière que cet œuf enraciné ou œuf planté, à moins que ce ne soit une plante à œufs ou un œuf bourgeon ? Je n’ai pas encore tranché.
Mais à la manière dont les racines s’intriquent avec la base de l’œuf, il y a fort à parier que ce socle est bien plus qu’un simple socle et que, via ce lien à l’Écorce, l’œuf se nourrit.

Il reste un instant silencieux tandis que son regard part dans le vague.

Parlais-je d’omelette nourrissante ? Eh bien figurez-vous qu’un jour j’ai rencontré un incroyable Frahar qui était vraiment le champion pour voler les œufs aux goaris ! C’était aux Dunes d’Aelius, où je…

Un grand bruit se fait dans l’assemblée… Be' Doyty Libby déboule en trombe.

Be' Doyty Libby
ALERTE ! ALERTE ! AU SECOURS ! MON GOARI SUPERGÉNÉRATEUR S’EST ÉCHAPPÉ !

Be’Doyty Libby appelle les homins à l’aide. Le goari qu’elle comptait utiliser pour exposer son nouveau générateur électrique s’est échappé et court, enragé, dans les rues de Pyr. Alors que le goari devait charger le générateur, l’inverse s’est produit et le pauvre animal ainsi mis sous tension est devenu très agressif. Les homins courent l'arrêter avant qu’il ne fasse des dégâts, puis retournent suivre le congrès.

Tao Sian
Malheureusement cet incident nous a pris du temps et nous avons encore deux discours à entendre pour cette conférence, aussi je nous vois contraints d’avancer. Daeronn-ito, pouvez-vous faire une conclusion rapide de votre discours, kai’bini ?

Daeronn Cegrips
Quel discours, ma chère ?

Dixie Keale part d’un rire qui se transforme en quinte de toux incontrôlée puis crache du sang.

Tao Sian
Dixie-miko !! J’exige impérativement que vous veniez me trouver pour une consultation privée immédiatement à la suite de cette séance !

Dixie Keale
Heu.. Oy Ny-tala.

Tao Sian se tourne de nouveau vers Daeronn.

Tao Sian
Mais votre discours intéressant sur les œufs kitins, ito ! La température, les racines…

Daeronn Cegrips
Ah ça ! Eh bien, pour faire court, je dirais qu’on ne fait pas d’omelette sans casser les œufs… Il me faut retourner sur le terrain !

Tao Sian
Hum… Zo’ari’kami ito, mais soyez prudent je vous en conjure.
Elle surveille une nouvelle fois Dixie du coin du masque.

Mona di Fareni
J’abonde quant à l’intérêt des propos rapportés par mon confrère et l’encourage vivement à s’associer avec un botaniste pour percer le mystère des racines.

Tao Sian
Excellente suggestion, Mona-miko… Et conservez la parole, je vous prie, c’est à votre tour.

Intervention de Mona di Fareni
Mona di Fareni s’avance d’un pas solennel.

Mona di Fareni
Lorsqu’on parle de formes de vie intelligentes, on peut se méprendre facilement sur les critères.
Le réflexe classique est de rechercher chez la créature des équivalences à ce que nous sommes, nous les homins.
C'est une erreur de débutant, mais c'est pourtant l'écueil dont doit se garder le biologiste même le plus chevronné.
On est naturellement tenté de qualifier d'« intelligent » l'animal avec lequel nous pouvons établir une communication.

Le mektoub est un bon exemple d'un tel animal, que l'on peut dresser pour comprendre certains ordres, mais qui est aussi capable d'éprouver des sentiments, de partager de l'affection. Le folklore nous donne plusieurs témoignages de cela n'est-ce pas ?

Mais si on le juge par ce critère, le kitin est alors en bas de l'échelle. J'en veux pour preuve ce kipucka des profondeurs capturé par le S.K.A. et confiné dans une galerie de l'Arène. Celui-ci n'est guère plus qu'un estomac sur pattes.

Par réflexe, il ingère les quantités de nourriture qui lui sont fournies, mais il ne tente pas de s'échapper, de creuser, ni même simplement d'attaquer. Il ne réagit bien sûr à aucune tentative classique de communication ou de dressage. Il est vide, dénué de toute intention hormis les fonctions primaires qui le maintiennent en vie. Une apathie causée par l'absence de tout stimulus. Je veux dire, de stimulus approprié…

C'est bien là toute la différence entre le kitin et l'homin.

L'homin, doté d'un intellect puissant, se définit par cette conscience qu'il a de lui-même. À partir de là il utilise un langage complexe pour partager sa pensée d'individu à individu. Mais globalement, même au sein de la société, il reste lui-même.

Le kitin lui, n'est rien en tant qu'individu. Pourtant, bâtie sur la somme de multiple petites interactions entre spécimens, leur société aboutit à une autre forme d'intellect, impalpable pour nous, très difficile à conceptualiser. Mais chez le kitin, la résultante de la somme des individus va TOUJOURS vers le haut !

On serait tenté d'imaginer leurs Reines comme détentrices de leur intellect. Elles ont indubitablement un rôle majeur dans une colonie, mais de là à en faire leur cerveau décisionnel… Je pense que ce n'est qu'une projection erronée de notre part, calquée sur notre propre nature.

Pour communiquer, le kitin utilise des phéromones de différentes sortes, chacune étant associée à une fonction précise. Pistage, alerte, mais aussi identification comme on le sait depuis que Ser Keale a découvert l'existence d'autres colonies.

Mais ce n'est pas tout, n'oublions pas que le kitin émet aussi des sons, à destination de ses proches congénères, ou pour terroriser sa proie.

Ce sont là des mécanismes que l'on peut appréhender. C'est bien fait, étonnant, intelligent, mais .. pas de quoi y déceler un alphabet, des mots et encore moins un langage ou une pensée ! Le mystère de leur intellect invisible demeure ; et particulièrement génial sera celui - ou celle - qui parviendra un jour à le décrypter.

Bref, tout ceci était ce dont j'étais persuadée jusqu'à ce que la Karavan partage avec nous le rapport sur le « Kipesta Ambassadeur ».

Ce grand kipesta mutant de couleur bleu vif est un concentré d’émetteurs et récepteurs de phéromones de nature inconnue répartis sur tout le corps.

De plus, j'ai pu obtenir d’autres détails : le battement de ses trois paires d'ailes, en plus de le maintenir en suspension, pourrait produire des signaux portés par des variations de vibrations secondaires.

Malheureusement nous manquons d'un dispositif capable de les rendre audibles pour nous autres homins. Toujours est-il que la variété de signaux et leur combinaisons potentielles nous permet d'envisager l'existence d’un vocabulaire étendu.

La conclusion du rapport vient corroborer cette hypothèse en présumant que ce kipesta est un ambassadeur inter-colonies. Comme nous l'a appris Ser Keale, deux colonies ne sont pas forcément amies, loin de là.

Autrement dit, entre deux colonies, nous n'avons pas forcément un rapport hiérarchique, mais plutôt confrontation, ou via des ambassadeurs, négociation. Et pour négocier, il faut un langage…
En tant que scientifique, je trouve que tout ceci est proprement fascinant et excitant...

… Mais s'il est vraiment avéré que les kitins possèdent une double forme d'intellect, alors en tant qu'homine, je peux vous dire que vous aurez beau affûter vos haches et polir vos armures… On est mal ! On est très mal ! J'en ai des frissons dans le dos rien que d'y pens…

Elle porte la main à sa poitrine avant de retourner à sa place.

Dixie Keale
À propos du kipucka blanc, Nair-tala, et de son manque de stimuli, je peux probablement vous aider. Faites-moi envoyer une poignée de volontaires et je les emploierai à préparer un cocktail de phéromones à lui mettre sous le nez ! Il va grimper au plafond, ha, ha !

Daeronn Cegrips
Vous m’avez presque fait peur, chère collègue. Mais restez optimiste je vous en prie. Jusque là nous avons toujours survécu. Gardons foi en nos capacités de recherche et de défense. Et si les kitins ont un langage, vous serez celle qui le déchiffrera. Ah ! Et vous avez cité deux fois ce gredin d’Ardan dans votre discours… vous m’en voyez fort désappointé.

Mona di Fareni
J’entends bien poursuivre mes recherches en usant au mieux du don qui m’a été accordé par Jena. Mais si l’on pense au pire… Peut-être que, pendant que nous les étudions, les kitins eux-même nous étudient aussi.
avatar
kiwalie

Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

suite

Message  kiwalie le 10/2/2018, 11:35


Intervention de Zendae, pour le S.K.A.
Vaye di SKA

Cet ouvrage, réalisé par des volontaires du SKA, découle de la raison d'être de ce dernier, qui est d'étudier les kitins afin de mieux les combattre, les contrôler.
C'est ce que symbolise la magnifique illustration de couverture, réalisée par Ser Osquallo.
Le concept du Vaya di SKA, c'est d'avoir une base précise de leurs caractéristiques de combat.

Conjointement, nous avons inclus les informations générales connues à ce jour pour chaque kitin. Et j'ai ajouté à cela mon commentaire de maître d'armes, avec pour chaque kitin les meilleurs moyens pour le tuer di amataki.
Il en résulte un ouvrage unique, qui en plus de détailler chaque spécimen, permet d'avoir une vue d'ensemble et de faire des comparaisons.
Cela ne remplace pas la propre experience que se forge un combattant, mais cela peut améliorer son efficacité. Ce que nous voulions c'est avoir une base pour élaborer nos tactiques.

Le Vaya di SKA, traduit en trois dialecte, a été présenté à la chambre des nobles, puis par la suite aux Rangers, afin qu'il soit diffusé dans chaque nation. Tel était notre souhait di amatakizo.

Pour faire tous ces relevés terrain, ce n'est pas facile croyez-moi. Il faut développer des méthodes fiables, répétables aux conditions identiques.

Pour tout ce qui est évaluation de l'attaque d'un kitin, il ne faut pas interférer avec ses actions en esquivant ou contre attaquant.
Aussi la meilleure solution est de subir assis devant lui les attaques, avec le support d'un soigneur.
Il faut utiliser la magie, plus précise que les armes quand à évaluer les dégâts occasionnés sur nos cibles.
Comme nous ne pouvions pas avoir de précision temporelle inférieure à la seconde, les relevés devaient être fait sur un temps suffisamment long pour que l'imprécision soit négligeable.
Et enfin, il faut faire un même relevé au moins trois fois pour assurer la qualité de la mesure.

Ce qui est flagrant en analysant les données, c'est que le rôle admis pour chaque kitin au sein de la colonie, se trouve confirmé par leurs caractéristiques mesurées di amataki.

Par exemple,
kincher : chasseur éclaireur. Très robuste, très rapide, long rayon de détection.
kirosta : soldat. Puissant, fort instinct de groupe, il défend les autres kitins.
kinrey, kidiniak : kitins d'élites. Cadence de coup plus élevée, protections renforcées. etc, c'est assez logique.

D'ailleurs ces chiffres aideront peut être les scientifiques à statuer sur le kipucka : ouvrier ou soldat ? Cela a toujours été flou di amatakima.

Les kitins ont-ils un point faible ? oui, pris isolément. Je vois renvoie au livre pour savoir lesquels di amataki.

Mais il faut souvent être au moins deux pour exploiter les failles d'un seul kitin. Or le premier point fort des kitins, c'est le nombre ! Et ne nous leurrons pas il n'y a pas de point faible miracle.

Voici pour finir quelques conseils simples pour s'équiper contre les kitins :
- Protégez vous des coups de type perforant
- Utilisez la meilleur arme selon le kitin, mais sachez que la maitrise d'une arme perforante s'avert souvent indispensable.
- portez une parure aux protections adaptées : électricité, poison, acide, feu, et résistance forêt.
- n'oubliez pas comment on incante un sort de froid.
- couvrez vos équipiers.

Intervention de Tao Sian
Tao Sian
Chers collègues, je tiens à renouveler l’expression du plaisir que je ressens à être aujourd’hui avec vous, et je remercie l’académie impériale d’avoir organisé ce congrès.

Tao Sian passe sa besace de guérisseuse à l'épaule, retrousse ses manches et s'avance, attitude qui lui confère soudainement une grande autorité.

Mes connaissances sur les kitins restent bien modestes comparées aux vôtres, je suis avant tout une guérisseuse qui s'occupe des souffrances des homins.

Cependant, un peu par hasard, j'ai fait une découverte qui m'a laissée dans une grande perplexité et dont je dois vous faire part.

Mais pour ce faire, permettez-moi d'abord de vous expliquer une partie de mon nouveau protocole pour le suivi des personnes souffrantes du Mal. Le détour est nécessaire.

Dans nos corps circule Qi-zi, la sève ou parfois nommée le sang. Car plus précisément, le sang est bien visible dès qu'on se blesse alors que la sève ne peut que se ressentir, en faisant usage de la magie notamment. Car plus précisément, le sang est bien visible dès qu'on se blesse alors que la sève ne peut que se ressentir, en faisant usage de la magie notamment.Chez une personne en bonne santé, sang et sève circulent en harmonie entre les organes et jusqu'aux extrémités des membres.. Plus exactement, la sève est véhiculée par le sang et donc se trouve toujours en abondance dans ce fluide. Je vous fais une démonstration dans quelques instants.

Le Mal, celui qui sévit dans mon pays, détruit nos corps en attaquant la sève, ce qui provoque ensuite inflammations et détériorations en cascade des organes. Le corps luttera en subissant d'atroces souffrances jusqu'à ce que la graine de vie soit atteinte. Paradoxalement, une personne bien portante au départ, "pleine de sève", a d'autant plus de risques d'être envahie par le Mal en cas de contamination intérieure. De même nos compagnons Kamis, purs êtres magiques, y sont extrêmement vulnérables.

Afin de soulager les souffrants, j'ai développé une méthode pour "endormir" légèrement la sève chez le patient. C'est très délicat car si la sève est trop faible, d'autres problèmes apparaissent, affectant en premier les fonctions respiratoires. Mais cela soulage des inflammations et, dans les rares cas favorables, permet au corps de mieux combattre le Mal.

Pour bien maîtriser ce que je fais - car c’est démarche sur le fil du rasoir - il me faut savoir précisément et au quotidien quelle est la proportion de sève dans le sang du patient, savoir si je peux continuer de l'endormir ou pas.

Mais comme la sève est invisible, j'ai donc un rituel qui me permet de la quantifier indirectement. Et au passage cela me permet de mesurer l'évolution de la contamination intérieure.

Elle sort de sa besace une sorte de petit bol au fond conique, et le nettoie consciencieusement avec un tissu.

Le rituel est simple, bien que vous n'imaginiez pas le nombre d'années qu'il m'a fallu pour aboutir à ce protocole. Je fais au patient une petite ponction de sang, dont je mesure très précisément le poids.

Elle passe d'un geste vif le poignet de son autre main sur le rebord du récipient qui s'avère tranchant. Elle laisse son sang s'écouler un instant en marmonnant une prière. Puis la coupure se referme d'un coup, signe caractéristique de l'usage de l'auto-régénération.

J'ajoute dans le liquide un petit bourgeon de psykopla. Il me sert de catalyseur.

Elle fait ce qu'elle décrit.

Puis, assise en position de méditation, je fais penduler régulièrement le bol, de manière à faire tourner le liquide le long de son bord ainsi que le bourgeon au centre, et je me concentre précisément sur ce bourgeon avec un sort Sen'oqi Bawaa'qi, c'est à dire un sort de mouvement ralenti de faible puissance mais qu'on exécute sans gestuelle, et de façon continue, uniquement à l’aide d'une subtile concentration.

Elle s'est déjà assise pour procéder au rituel, continue en psalmodiant des paroles inaudibles.

Petit à petit, une part du sang va se coaguler tout autour du bourgeon et au bout de trois minutes environ, le reste du sang ne coagule pas, même si je continue ou recommence.

Bien que visiblement très concentrée, elle parvient à parler à son auditoire tout en exécutant son rituel. On commence à entendre quelque chose qui roule dans le récipient.
Tao sian s'interrompt et sort de sa main libre deux baguettes de sa besace. Ses gestes sont incroyablement assurés.

Je retire le caillot avec des baguettes. C'est comme si cette partie du sang s'est vitrifiée autour du bourgeon.

Elle sort du bol une magnifique petite pierre rouge avec des reflets chatoyants et l'exhibe à l'assemblée.

Dans le cas d'une personne contaminée, son examen attentif me renseigne sur l'ampleur de la pathologie et en comparant d'un jour sur l'autre, je peux savoir si son état se stabilise ou non.

Je pèse la quantité restante de sang qui n'a pas coagulé. C'est la part qui n'a pas de sève, le xiao'qi-zi. Pour un individu sain elle est variable, entre 46 et 54% de la quantité de sang initiale. A 58% on suffoque, et à mon avis au delà de 60%, on ne peut pas vivre.
De son vivant le sage Saison avait consenti à ce que j'évalue la composition de son qi-zi. Le Da'qi-zi, sa part de sève ou "sang magique", était exceptionnelle : les deux tiers. Pour moi ça explique son métabolisme si singulier !

Elle range la perle dans un compartiment de sa besace, range les baguettes, jette le peu de sang restant en offrande au sol, essuie le récipient puis le range.

Un jour on m'a appelée en urgence car Cai-Ci Luoi, chasseur au Havre de pureté, avait été retrouvé gravement blessé, coincé sous un énorme capryni qu'il avait eu l'imprudence d'attaquer seul et vaincu de justesse. C'est toujours délicat quand les blessures traînent, mais Luoi avait simplement la jambe brisée et n'était pas en danger. Mais voyant la scène, j'ai pensé qu'il me fallait aussi évaluer le qi-zi animal, par devoir scientifique. Après m'être occupée de Luoi, j'ai donc recueilli une part du sang de la bête abattue et puis me suis rendue à mon sokna-hay pour y effectuer le rituel.

Au bout d'une minute, j'étais déjà surprise de la vitesse de coagulation.
Au bout de deux minutes, j'ai dû m'interrompre, le caillot était devenu trop gros et le reste trop pâteux pour que je puisse le faire osciller dans le bol.
C'est comme si le sang de cet animal n'était composé que de Da'qi-zi !

Cai-Ci Luoi, qui tenait tant à me remercier de lui avoir évité de devenir boiteux pour le reste de sa vie, fut ravi que je le charge de la mission de me livrer du qi-zi de chaque espèce de son terrain de chasse, avec une assistance cette fois ! En parallèle, j'ai demandé à Haido Xuan, jardinière dynastique, de me procurer des échantillons de sève ou suc de plantes de la jungle qu'elle pourrait me trouver.

Au bout de deux semaines, tous les résultats furent identiques : Le qi-zi animal ou végétal est toujours un da'qi-zi. Cela concernait seulement la jungle mais depuis j'ai pu diversifier mes tests et je n'ai pas encore trouvé d'exception.

Je m'excuse car je n'ai toujours pas parlé de kitins, vous le sentez, je vais y venir. Mais auparavant je vous impose une dernière digression, spirituelle cette fois.

Pourquoi nous homins, aurions-nous moins de sève que le reste de la création de Ma-Duk ? méditais-je.

La réponse me fit concevoir une grande joie. Un izam ou un slaveni font partie de Ma-Duk au même titre qu'un Kami, c'est inné pour eux. Mais un homin n'en fera partie qu'à l'aboutissement du chemin sur la voie de l'illumination. Tout prenait son sens. Ochi Kami no !

Mais plus tard, je réalisais que Cai-Ci Luoi avait oublié de m'apporter du Qi-zi kitin ! Ce à quoi d'ailleurs, il a rétorqué quand je suis retournée le voir, que je lui avais demandé du sang animal or “le kitin n'est pas un animal, mais un kitin". Yui, évidemment.

Je me suis confondue en excuses et les jours suivants, il m'a ramené diligemment des échantillons de sang kitin.

Le résultat de mon rituel sur ce sang me fit croire à une farce des kamis : bien que complètement différent du nôtre, le qi-zi kitin est lui aussi séparable en xiao'qi-zi et da'qi-zi.

Pour moitié-moitié environ, exactement comme le qi-zi homin. Cai-Ci Luoi a donc raison.

Je suis certaine que mon intuition première comporte une part de vérité, mais objectivement, j'admets que je n'ai pas toutes les clés ! Je laisse à chacun le soin de méditer sur la signification de ma découverte.

avatar
kiwalie

Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum